29/07/2012

Tour d’abandon d’enfants Boîte à bébés

Des bébés abandonnés ou tués, cela a malheureusement toujours existé. Pour, dit-on, éviter la tentation d’infanticide, on a imaginé le « tour d’abandon » au Moyen Age en Europe (tour au masculin ! Pour tourniquet  ?). Ces tours ont disparus au 19ème siècle. Le dispositif réapparaît à la fin du 20ème siècle. En l'an 2000, apparition d’une « boîte à bébés » à Anvers. Un bébé y est déposé en 2007, un autre en 2009 et le troisième il y a quelques jours.


La rue du Bois Sauvage longe en partie la cathédrale Saints Michel et Gudule et se termine au Treurenberg. Depuis 1713, au n°6 de la rue du Bois Sauvage, se trouvait l’hospice des enfants trouvés. Dans la porte cochère il y avait un tour (mot masculin) avec à l’extérieur une sorte de berceau pour y déposer les enfants et ensuite on le faisait pivoter vers l’intérieur. En 1841 on a déposé dans ce tour 530 bébés (voir plus loin l’article du Soir). Deux ans plus tard on supprime ce mode d’abandon d’enfants. L’hospice a été démoli avant 1860. En 1862 on a construit la façade monumentale de la Banque Nationale. Maintenant c’est l’entrée du musée. (D’après Jean d’Osta, Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, page 47).

Dans un article de Stéphane Detaille publié dans le journal Le Soir du jeudi 26 juillet 2012, l’auteur écrit que le tour a été créé en 1811, qu’il a recueilli 352 bébés pendant ses 8 années de fonctionnement jusqu’en décembre 1856 et que Bruxelles fut la dernière ville belge à fermer son « tour d’abandon ». (Comparer les nombres cités par Jean d’Osta et le journaliste)

En Belgique, la loi interdit l’accouchement anonyme comme en France (Accouchement sous X). L’abandon d’enfant constitue un délit sanctionné par la loi. Malheureusement c’est toujours la mère qui est considérée comme la coupable. Il y a les pères violeurs. Il y a les pères qui abandonnent femme et enfants sans revenus. Il y a les grands-parents qui ont obligé leur fille à abandonner son enfant. Il y a les grands-parents qui interdisent à leur fils de prendre ses responsabilités. D’un côté la loi, d’un autre côté des sentiments.

Et n’oublions pas l’exemple du roi qui, paraît-il, à toujours refuser de rencontrer sa fille illégitime.

Capture d'écran de la vidéo RTL

Deux vidéos concernant l’enfant abandonné à Anvers : journal télévisé de RTL (25 sec, capture d’écran ci-dessus), journal télévisé de la RTBF (2 min).

Concernant l’abandon d’enfants et les tours (surtout en France) : L’abandon d’enfants dans l’histoire avec une reproduction de tableau relative à Bruxelles sur le site du cours "Histoire sociale et politique" de HELMo (la Haute Ecole Mosane d'Enseignement supérieur - département social de Liège en Belgique), un article en PDF sur le site de Paris-Sorbonne, des photos de tours en France, un forum.

Les commentaires sont fermés.