28/07/2012

Nat Neujean et Arthur Rimbaud devant la tour des Finances

23288a L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, en noir et blanc

« L’Ame Sentinelle » du sculpteur Nat Neujean, 1984. Bronze.
Boulevard du Jardin Botanique, au coin de la rue Royale, devant la tour des Finances.


En noir et blanc

23289a L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, en noir et blanc

23289-crayon2, L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, retouché avec Fotosketcher

23289-encre2 L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, retouché avec Fotosketcher

23288b L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, en noir et blanc

23289b L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean, en noir et blanc

 

Les photos originales

Une entrée du métro Botanique le long du boulevard du Jardin Botanique et vue sur la tour des Assurances P&V rue Royale (18 étages, le plus haut au moment de sa construction en 1956).

23289 L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean

Devant l’entrée de la tour des Finances

23288 L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean

23290 L’Ame Sentinelle, sculpture de Nat Neujean devant la tour des finances

 

Le titre de la sculpture « L’Ame Sentinelle » de Nat Neujean fait référence à « L’éternité », un poème de 1872 d’Arthur Rimbaud. Le sculpteur ne suggère pas l’étreinte d’un couple féminin. Lire « Bruxelles, 200 sculptures se racontent » par Gwennaëlle Gribaumont, éditions Aparté, novembre 2008, page 110.

Le poème « L’éternité » de Rimbaud serait adressé à Verlaine, cliquez ici. D’autres interprétations ici.

Les commentaires sont fermés.