26/07/2012

Femmes ne vous baladez pas dans le quartier Anneessens

Une jeune femme s’est installée dans le quartier Anneessens pour ses études. Très rapidement, elle a été une cible des hommes : remarques déplacées de type sexuel, insultes (salope, chienne), provocations (un lit à l’hôtel ou chez l’homme). Comme travail de fin d’étude, elle a réalisé un documentaire « Femme de la rue » sur le sujet.


Quartier Anneessens : autour de la place Anneessens, pas très loin de Manneken-Pis, de la Grand-Place, de la gare du Midi.

Est-ce parce que la majorité de ces hommes appartient à une certaine communauté ? Qui n’a pas entendu parler du viol d’une journaliste française pendant ce qu’on appelle « le printemps arabe » ? Mais les femmes de la région ont aussi été violées si elles osaient participer à la révolte et les hommes interviewés (vu sur la chaine française France 2) trouvent « normal » de suivre leurs pulsions. Il ne leur vient pas à l’esprit que ce sont les animaux qui suivent leurs pulsions tandis qu’un homme est censé apprendre à maitriser ses colères et autres pulsions même les pulsions sexuelles.

Il y a aussi de plus en plus de femmes voilées. Les complices, volontaires ou non, de ces hommes. Une manière de sous-entendre que les autres ne méritent pas d’être respectées.

Mais n’oublions pas qu’il y a quelques mois en Belgique, des femmes travaillant dans le domaine politique ont révélé le comportement de la majorité des hommes politiques vis-à-vis de leurs collègues féminines et des subalternes. Les hommes politiques belges ne sont pas plus respectueux des femmes.

Concernant le documentaire sur une femme dans le quartier Anneessens : on en a parlé au journal télévisé de la RTBF de ce jour (2min21), on peut lire un article d’aujourd’hui sur le site du journal La Capitale (impossible d’afficher la vidéo), et un article d’aujourd’hui sur le site du journal Le Soir. Vidéo, 2min52, sur le site de tvbrussel.

Le documentaire est passé ce soir sur la chaine flamande Canvas. Espérons qu’il passe sur une chaine francophone avec sous-titres. L’excuse de certains hommes ? Des femmes nues sur les affiches, des femmes nues sur scène en discothèque, etc. Des hommes non éduqués, quel que soit le niveau d’étude. La vulgarité ne dépend pas du niveau d’étude.

Un recul pour la liberté des femmes en Belgique et avec des femmes politiques passives se contentant de désapprouver sans agir puisqu’elles se taisent en général, quel que soit le parti.

Commentaires

"Il y a aussi de plus en plus de femmes voilées. Les complices, volontaires ou non, de ces hommes. Une manière de sous-entendre que les autres ne méritent pas d’être respectées. "

Bravo, vous avez réussi à atteindre les abîmes de la bêtise consensuelle.
Allez vous procurer un semblant d'esprit critique et un brin de pensée personelle et réessayez.

Écrit par : M | 01/08/2012

Répondre à ce commentaire

C'est vous qui manquez d'esprit critique et vous ne connaissez que l'insulte comme ces hommes du reportage.

Écrit par : brusèleke | 01/08/2012

Les commentaires sont fermés.