17/06/2012

Fresque Kiekeboe de Merho au théâtre américain à Laeken

20567 Hôtesse de l'expo 58, fresque Kiekeboe à Laeken

Sur l’ancien site de l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1958,
les souvenirs de Merho, l’auteur de la bande dessinée flamande Kiekeboe.
Un détail : interview d’une hôtesse de l’expo 58.
Avenue du Gros Tilleul près de l’Atomium.


20566 fresque Kiekeboe à Laeken

Les albums de la bande dessinée Kiekeboe sont édités par les Éditions Standaard qui s’occupent de la traduction en français sous le nom de "Fanny et Cie".

Le monde selon Merho, un présentation à l’occasion d’une exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée en 2006-2007, cliquez ici. (PDF de 3 pages)

 

De gauche à droite

20569 hula-hoop, fresque Kiekeboe à Laeken

20570.jpg

20570 hula-hoop, fresque Kiekeboe à Laeken

Souvenir de l’époque : le hula-hoop (ou houla-houp).

20568 Hula-hoop devant l'Atomium, fresque Kiekeboe à Laeken

20566 L'Atomium sur la fresque Kiekeboe à Laeken

L'Atomium

20567 L'Atomium et une hôtesse de l'Expo 58, fresque Kiekeboe à Laeken

20572 une hôtesse de l'Expo 58, fresque Kiekeboe à Laeken

20566 La télévision à l'expo 58,fresque Kiekeboe à Laeken

20571 Signature de Merho sur la fresque Kiekeboe

 

20565 La fresque Kiekeboe au théâtre américain à Laeken

Pour le théâtre américain : De l’Atomium, parcourir le boulevard du Centenaire en tournant le dos au Palais du Centenaire du Heysel. Le 1er rond-point est la place Louis Steens. Tourner à gauche dans l’avenue du Gros Tilleul. Arrivé au rond-point Jean Offenbach où se dresse le monument aux aviateurs, on aperçoit le théâtre, le seul vestige du pavillon américain. La radio-télévision flamande s’y est installée et, après 50 ans à cause de restrictions budgétaires, va peut-être déménager à Louvain. L’endroit sera peut-être occupé par les propriétaires actuels de l’Ancienne Belgique et restera donc aux mains des flamands.

Concernant le théâtre américain : Un article du 7 juillet 2010 du journal La Libre Belgique, cliquez ici. Un article du 4 avril 2012 du journal La Capitale, cliquez ici.

Les commentaires sont fermés.