10/04/2012

Brève histoire des trams d'autrefois à Bruxelles

20349 Tram de la Promenade Circulaire

Un tram de la Promenade Circulaire autrement dit qui circulait sur
la "Petite Ceinture" = le tracé du Pentagone bruxellois.
Musée du Tram avenue de Tervueren. Commune de Woluwe Saint-Pierre.
Au coin du boulevard du Souverain.


20351 Tram de la Promenade Circulaire

20351 Tram de la Promenade Circulaire

20352 Saint-Michel terrassant le dragon, le symbole de Bruxelles-Ville

Sur le côté, Saint-Michel terrassant le dragon, le symbole de Bruxelles-Ville
(la commune à ne pas confondre avec la Région).

 

Voici un aperçu historique basé sur les panneaux explicatifs du Musée du Transport Urbain Bruxellois.

 

En 1872 les frères Becquet, deux hommes d’affaires bruxellois, reçoivent de la Ville de Bruxelles la concession pour exploiter deux lignes de tramways tirés par des chevaux. L’une des lignes passait par la plus grande partie de la petite ceinture actuelle (les boulevards formant le pentagone) avec un crochet par la place Royale et le Petit Sablon. C’est la "promenade circulaire" ou le "tour des boulevards" qui est en fonction en 1873. Les trams sont luxueux et chers. En 1875 la Compagnie Becquet est absorbée par la Compagnie Brésilienne des Tramways (siège à Rio de Janeiro) et cette dernière en 1880 par la Société des Tramways Bruxellois.

Pour monter le boulevard du Jardin Botanique, il fallait 4 chevaux. Pour affronter la forte pente des boulevards du Midi et de Waterloo, il fallait un cheval supplémentaire. Utiliser des chevaux, c’est cher et c’est la raison pour laquelle la section sera la première électrifiée en 1894. En 1902 toute la ligne est électrifiée et sera parcourue pendant plus de 60 ans par le tram 15 et ce numéro remplacé par le 101 en 1967. Depuis 1988 la "promenade circulaire" est remplacée par la ligne 2 du métro.

 

En 1883 l’ingénieur bruxellois Felix Vellut obtient la concession de 4 lignes de tramways dans la commune d’Ixelles au départ de la Porte de Namur.

La B.I.B (S.A. du Chemin de Fer à Voie Etroite de Bruxelles à Ixelles-Boendael) reprend ces lignes exploitées en traction à vapeur. Le réseau est électrifié en 1897. La ligne parcourue actuellement par les trams du Musée entre le Cinquantenaire et Tervuren compte parmi les extensions de la B.I.B. Cette ligne existe à l’initiative d’Edmond Parmentier, le constructeur de l’avenue de Tervueren et ami du roi Léopold II.

La BIB exploitait aussi 2 lignes vers Haacht et Vossem qui reliaient Bruxelles à la campagne. Ces 2 lignes ne transportaient pas seulement des voyageurs mais aussi des cruches de lait, des tonneaux de bière, des fruits, des légumes, des poules et même des chèvres. La Société des Tramways Bruxellois reprendra la BIB en 1899, normalisera l’écartement des voies et convertira une partie du matériel.

Une section de la ligne de Haacht au départ de la place Sainte-Croix (Place Flagey) ne sera pas modifiée jusqu’en 1935 et sera exploitée avec le matériel d’origine dont les trams verts et la ligne était surnommée "ligne du tram vert".

20245 motrice 830

Des trams verts avenue de Tervueren le 25 mars 2012
pour les 30 ans du Musée du Transport Urbain Bruxellois,
cliquer pour les motrices n°830, 984 et 1305.

 

La Société Générale des Tramways est fondée en 1874 et commencent par la création de compagnies de tramways en Italie et en Allemagne. Elle prend ensuite le nom de Société Générale de Chemins de Fer Economiques et obtient sa première concession en 1888 à Bruxelles pour une ligne reliant la Bourse à la place Saint-Josse. Le brun est la couleur des trams et des uniformes d’où le surnom de "tram chocolat". Par la suite, il y aura 14 lignes pour une quarantaine de kilomètres avec le terminus à la Bourse sauf pour la ligne Nord-Jette. Il s’agit de lignes vers Molenbeek, Koekelberg et Jette autrement dit des quartiers populaires, ce qui expliquerait l’absence de première classe. En 1928 La Société des Tramways Bruxellois a officiellement le monopole à Bruxelles et les trams chocolat seront repeints en jaune.

20236 motrice 346

Des trams chocolat avenue de Tervueren le 25 mars 2012
pour les 30 ans du Musée du Tram,
cliquer pour les motrices n°346 et 428.

 

La Société Générale de Chemins de Fer Economiques obtient à Bruxelles sa première concession en 1888 pour une ligne reliant la Bourse à la place Saint-Josse. La pente est forte sur ce trajet et les rues étroites. En 1889 la Société expérimente des omnibus de pavés dits "déraillables" circulant sur une seule voie. Lorsque qu’un tram arrive en sens contraire, le conducteur range son tram sur le côté et reprend la voie quelques mètres plus loin. Ces trams sont tirés par 3 chevaux pour affronter les fortes pentes. Ce système n’est pas pratique et supprimé en 1896.

 

C’est l’ingénieur allemand Werner von Siemens qui a l’idée en 1881 d’un tram se déplaçant grâce à l’électricité. Son idée est appliquée de manière industrielle aux Etats-Unis par l’ingénieur belge Charles Van de Poele qui invente le trolley. L’électricité est produite dans une usine et envoyée sur un réseau de câbles aériens qui surmontent les rails. Le trolley, aussi appelé "flèche", était surmonté d’une roulette qui s’appuyait sur les câbles aériens et le trolley captait ainsi le courant. En 1893 c’est une société berlinoise  qui est choisie à Bruxelles pour appliquer un système américain basé sur le trolley. Deux lignes sont électrifiées dès 1894 : la ligne Nord-Midi de la ligne circulaire passant par la porte de Namur (section intéressante à cause de la forte pente du boulevard du Jardin Botanique) et la ligne reliant la place Stéphanie à Uccle Globe. Au début de la première Guerre Mondiale, les trams tirés par des chevaux ont presque tous disparus à Bruxelles.

A partir de 1905 chaque ligne est identifiée par un numéro. La longueur est passée de 50 à 177 kilomètres en 20 ans. Les transports publics augmentent avec l’extension de l’agglomération. Les trams arrivent à Evere, Veeweyde, Stockel, Auderghem, Vilvorde.

 

20356 Vitrail pour la STIB

Vitrail avec le tracé du Pentagone bruxellois et
le sigle de la Société des Transports Intercommunaux Bruxellois
en français et en flamand.

A suivre

Pour la liste des 28 notes et 269 photos consacrées
au musée du Tram fêtant ses 30 ans le 25 mars 2012, cliquez ici.

 

Quatrième jour sans aucun transport de la
Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (S.T.I.B.).
Aucun métro, aucun tram et aucun bus de la STIB.
Il y a peut-être quelques bus du TEC wallon et DE LIJN flamand.
Et il pleut.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.