10/09/2011

Laeken rue Marie-Christine passé présent

17305 Vue ancienne sur les rue Stéphanie et Marie-Christine.

Reproduction d’une carte postale ancienne présentant
la rue Marie-Christine du côté nord.

Exposition "Laeken d’hier et d’aujourd’hui"
jusqu’au 24 septembre 2011 à la bibliothèque
située dans l’ancienne maison communale de Laeken.

Que dire de la rue Marie-Christine ?


D’après deux notes explicatives d’un panneau de l’exposition, note inspirée par le livre Laeken d’hier et d’aujourd’hui par Daniel Van Kriekinge (consultable à la bibliothèque), voici la rue Marie-Christine en bref.

La rue Marie-Christine du côté nord(1) :

L’ancienne carte postale montre un tram à vapeur empruntant la rue Marie-Christine.

C’est en 1891 qu’on ouvrit une section du pont de Laeken à Bruxelles-Nord pour un chemin de fer à vapeur parcourant la rue Marie-Christine pour se rendre à l’Allée Verte.

En 1908, le parcours sera modifié et les convois emprunteront les tout nouveaux boulevards du Jubilé et Emile Bockstael.
En 1909, la vapeur sera remplacée par la traction électrique.

A partir de 1910, la rue Marie-Christine recevra les transports en commun exploités par la compagnie "Les Tramways Bruxellois".

Actuellement, tous les transports publics empruntent la rue Stéphanie.

Le site n’a pas beaucoup changé. L’immeuble formant angle avec les rues Marie-Christine fut longtemps exploité comme taverne. Aujourd’hui, il a repris sa fonction d’origine sous le nom "Le Panorama".

17306 Vue récente sur les rue Stéphanie et Marie-Christine.

17304 Note sur la rue Marie-Christine côté nord.

 

La rue Marie-Christine du côté sud(2) :

17307 Vue ancienne sur la rue Marie-Christine, côté sud.

La carte postale ancienne montre deux grands établissements du début du 20ème siècle : les "Brasserie du Coq" et "Maritime". En analysant l’enseigne de la "Brasserie Maritime", on découvre qu’il était possible d’y déguster des vins, liqueurs, genièvre, Hasselt, Faro, Lambic, blonde, Gueuze, Bock, Brune, Stout et Louvain. Il semblerait que la loi Vandervelde(4) relative à la consommation d’alcool n’était pas encore d’application. Remarquons que les terrasses des deux établissements sont agrémentées de petits arbustes.

Sur cette carte postale, on remarque également sur le trottoir de droite qu’il y a encore du terrain à bâtir. A hauteur de ce terrain, un kiosque à journaux (masqué par deux promeneurs) et un réverbère, tous deux du style de l’époque, rappellent l’ambiance de ce temps.

C’est aussi l’époque où les citadins de la ville de Bruxelles aimaient se rendre à Laeken, à l’époque un faubourg relativement rural pour déguster une boisson dans un cadre détendu ou pour effectuer une excursion fluviale vers Kapellen-op-den-Bos (Capelle-au-Bois). Les quais d’embarquement de ce qu’on appelait alors les "bateaux-mouches" étaient situés à deux pas des tavernes illustrées sur la carte postale ci-dessus.

Il n’y a plus d’excursions vers "Kapellen-op-den-Bos". Les ponts de Laeken ont été détruits en mai 1940 et remplacés par le pont actuel(3) au début des années 1950. Cet endroit est devenu un centre névralgique de circulation intense.

17308 Vue récente sur la rue Marie-Christine, côté sud.

17309 Note sur la rue Marie-Christine côté sud.

(1) Du côté de la place Emile Bockstael ?
(2) Du côté du canal ?
(3) Du côté du Monument de Constantin Meunier ?

(4a) Pour l’homme politique belge Emile Vandervelde, voir Wikipedia.
Émile Vandervelde, né le 25 janvier 1866 à Ixelles (Région de Bruxelles-Capitale) où il est mort le 27 décembre 1938, est un homme politique socialiste belge, docteur en droit, en sciences sociales et en économie politique.
Il reçut le portefeuille de ministre de la Justice de 1918 à 1921 où il défendit la réforme pénitentiaire, la lutte contre l'alcool, les droits syndicaux, les droits de la femme, etc.

(4b) Pour la loi Vandervelde concernant la vente d’alcool, voici une capture d’écran d’une page de la revue scientifique "Population" de 1950.

Loi Vandervelde dans une revue scientifique de 1950.

17303 Panneau relatif à la rue Marie-Christine.

Les commentaires sont fermés.